Elections 2014 : de bien belles promesses


Les élections sont maintenant passées et les promesses ont été nombreuses. L'enseignement  a été au  cœur de nombreux débats et nous ne pouvons que nous en réjouir. Nous nous sommes penchés sur les programmes des 6 principaux partis francophones. Voici ce que nous y avons trouvé concernant quatre points qui nous tiennent à cœur : les frais scolaires, le décret inscription, le redoublement et les liens entre l'école et le monde de  l'entreprise !


FRAIS SCOLAIRES


CDH : Création d'un « pacte pour l'accueil extra-scolaire » afin de financer entre-autres les garderies de midi et d'organiser l'accueil pendant les congés scolaires. Le CDH préconise également le paiement  des frais par virement bancaire. En ce qui concerne le  matériel scolaire, ils veulent encourager les bonnes pratiques permettant la réduction des frais à charge des familles.

ECOLO : Nécessité de tendre vers une gratuité effective et de fixer par décret le montant des frais autorisés pour les verts. Ils souhaitent également qu'un plafond soit fixé pour les voyages scolaires. Pour le matériel, ils souhaitent généraliser les bonnes pratiques comme par exemple les commandes  groupées.

FDF : Ils souhaitent établir un plafond  de dépenses maximales.

MR : Le coût du matériel peut être réduit via une ou plusieurs centrales d'achat et un fond pour  les établissements  afin  d'acheter les fournitures.

PS : Il faut établir un plafond annuel des frais scolaires ainsi qu'un plafond pour les excursions et les voyages. Le PS réclame aussi la gratuité de la garderie sur le temps de midi, avec un repas chaud offert à chaque élève, ainsi que des études dirigées gratuites après les cours. Ils veulent également encourager le paiement des frais par virement bancaire pour ne pas  que les enfants soient impliqués.

PTB : L'enseignement doit d'être totalement gratuit. Ce qui implique pour eux que le matériel, les garderies, les activités scolaires et les repas soient pris en charge par la communauté française.


DECRET INSCRIPTION

CDH : Le décret doit être adapté afin de donner plus d'importance au choix des parents, aux critères pédagogiques  et à la proximité domicile/école.

ECOLO : Volonté d'évaluer le décret et de l'ajuster si nécessaire. Ils sont favorables à une procédure simple et transparente mais pensent que le décret ne résout pas tout. Ils souhaitent augmenter la mixité sociale et surtout s'assurer que des élèves moins favorisés puissent se maintenir  à flot grâce à du soutien  scolaire.

FDF : Volonté de supprimer le décret mais néanmoins  ils souhaitent maintenir une    procédure uniforme  d'inscriptions, transparente  et basée  sur des critères objectifs. Parmi ces critères, une place importante est laissée à la pédagogie.

MR : La suppression du décret est exigée endéans les trois ans. Le choix des parents et les critères pédagogiques redeviennent primordiaux et il n'y a plus d'intervention extérieure pour réguler les inscriptions. Ils souhaitent toutefois élever le niveau des écoles pour enrayer la dualité entre établissements.

PS : Pour les socialistes, il faut renforcer la mixité sociale en évitant toute forme de discrimination grâce à une véritable transparence dans les inscriptions et à la création de places.

PTB : Les inscriptions doivent se faire en fonction de la proximité géographique et dans le but de créer une réelle diversité sociale dans toutes les écoles.

Remarque: tous les partis s'accordent sur la nécessité de créer des places  dans les écoles.


REDOUBLEMENT

CDH : Investir dans les écoles de devoirs et organiser la remédiation immédiate dans la classe et dans l'école sont les priorités du CDH en matière d'enseignement. Les centristes veulent également former les profs à la détection de problèmes chez l'élève et favoriser l'implication du personnel paramédical dans le plan d'action contre le redoublement

ECOLO : Pour les verts, il faut instaurer un véritable tronc commun et mieux former les profs. Il est également important de trouver des solutions pour attirer les profs dans les écoles dites « difficiles » et de renforcer le décret « encadrement différencié ».

FDF : Il faut investir dans les écoles de devoirs et travailler pour faire changer les mentalités des parents et des enseignants sur la question du redoublement. En ce qui concerne les expériences de tutorats, elles doivent être étendues. Enfin, afin de motiver les équipes pédagogiques, le financement des écoles doivent dépendre en partie de l'amélioration des résultats  des élèves  d'années en années.

MR : Il faut permettre d'ajouter dans l'horaire de ceux qui en ont besoin une heure de remédiation immédiate et ne pas négliger l'importance des devoirs à domicile. Les libéraux souhaitent aussi lutter contre l'absentéisme à l'école en prévoyant des sanctions financières pour les parents.

PS : Il faut soutenir les initiatives telles que « classes sans échec » ou « écoles sans échec ». Ils veulent  engager  1000 profs et faire en sorte que tous les enseignants  soient formés à  la détection des difficultés chez les élèves. Ils souhaitent dans la même optique renforcer le tutorat donné par des étudiants du supérieur et créer des partenariats avec des spécialistes, les PMS,  des logopèdes, etc.

PTB : Il est important d'avoir des classes plus petites, de maximum 20 élèves, et d'organiser une remise à niveau rapide dès la première difficulté. Dans certains cas, un second enseignant peut être nécessaire en classe pour assurer la remédiation intermédiaire.


ENTREPRENARIAT

CDH : L'esprit d'entreprendre doit être développé notamment grâce à la création de mini entreprises, à des stages obligatoires, des partenariats, etc. La formation des jeunes doit être en adéquation avec les besoins socio-économiques. Ainsi, déployer l’enseignement en alternance est une bonne idée pour immerger les élèves dans l’entreprise.

ECOLO : Il faut favoriser les stages en entreprises dans le qualifiant pour que les élèves aient une idée des réalités  de l'emploi.

FDF : Ils souhaitent que les entreprises accueillent des jeunes pour les préparer au monde du travail.

MR : Volonté d'une association win-win entre écoles et entreprises. Des partenariats sont envisagés afin de favoriser l’embauche à la fin de la scolarité et de redorer le blason de l'enseignement  qualifiant L'enseignant doit lui aussi s'immerger dans le monde de l’entreprise afin d’être capable de transmettre l’esprit d’entreprendre.

PS : Développer l'esprit d'entreprendre est très important pour les socialistes. Ils souhaitent donc former les enseignants pour qu'ils connaissent mieux le monde de l’entreprise. Au sein de l'école, le projet d'établissement doit lui comprendre un volet consacré à l'esprit d'entreprendre L'objectif étant une meilleure adéquation entre les besoins du marché du travail et l'offre d'enseignement et de formation professionnelle.

PTB : Rien à ce sujet dans le programme PTB.


« Favoriser », « inciter », « encourager », « promouvoir », etc. sont autant de verbes qui reviennent très souvent dans les différents programmes. À l'image de ces verbes, beaucoup de promesses sont floues et n'engagent pas vraiment celui qui les fait. Nous ne savons pas encore à quel parti échoira le Ministère de l'Enseignement Obligatoire mais nous avons bien pris note de tout ce qui a été dit dans les différents programmes. Beaucoup de choses positives ont été promises et si le CEF n'est évidemment pas d'accord avec toutes les propositions, nous serons très attentifs dans les mois à venir aux différentes mesures qui seront prises. Et bien sûr, nous n'oublierons  pas de  rappeler leurs belles promesses à ceux qui auraient tendance à les oublier ! 

Écrire commentaire

Commentaires : 0